E-médiation culturelle

 

La Chaire UNESCO ITEN poursuit et approfondit les travaux que certains des membres de l’équipe de la Chaire  ont menés dans le cadre du laboratoire expérimental le LEDEN dirigé par Ghislaine Azémard . Le travail de recherche et de création sur les questions liées à la e-médiation culturelle a été entamé en 2004. Dans le cadre de son partenariat avec le DREST du ministère de la Culture, il a mis en œuvre la plateforme d’expérimentation des services numériques culturels innovants Culturelabs, il a organisé des rencontres internationales sur la valorisation numérique du patrimoine (notamment en Chine), et, depuis 2007, il mène une étude sur les pratiques innovantes dans les musées et les monuments français.

Cette recherche à donné lieu aussi dans le cadre de sa coopération avec le projet TerraNumerica (Pôle de compétitivité Cap Digital) à la réalisation d’un « prototype démonstrateur » des usages de la visite culturelle mobile en milieu urbain.

image 8                                          IMAGE 9

                                           City Wall (Borne interactive)                                                                                                     Dispositif embarqué. Mobilité.

                                                                            Simulation « Réalité Augmentée sur mobile » LEDEN  Exemple de Cross-média intermédia –

 

Plateforme d’expérimentation des services numériques culturels innovants : Culturelabs

 

I11

 

plateforme_patrimoine_home_HD           plateforme_patrimoine_cluny_HD

 

C’est dans un cadre de veille internationale que les productions éditoriales numériques concernant la culture et le territoire ont été évaluées et ce depuis 20 ans à l’occasion du prix Möbius international des multimédias, porté par un réseau d’organisations universitaires international.

Le LEDEN a également mis en œuvre, dans le cadre de son partenariat avec la Mission Recherche et Technologies du Ministère de la Culture, certains sites en particulier avec le MUCEM, dans une logique de personnalisation des services aux visiteurs, liés à la mobilité et à la généralisation des réseaux sociaux.

Médiations numériques aux musées

En ce qui concerne l’e-médiation culturelle, nos recherches et la réalisation de nos prototypes reposent sur le constat suivant :
Les NTIC ont, depuis plusieurs années déjà, trouvé une place conséquente dans les musées, les monuments historiques et les institutions culturelles. Musées d’Europe, musées américains en font, par exemple, un usage de plus en plus raisonné et pertinent. La Chine de son côté s’ouvre à ces mêmes pratiques et les dispositifs numériques les plus sophistiqués pénètrent massivement les musées et les monuments chinois les plus prestigieux, comme éléments incontournables de leur rénovation.

La numérisation des données scientifiques et culturelles est un enjeu largement pris en compte dans ces structures, on y poursuit les missions de conservation, d’indexation, de traitement des données. Les questions d’interopérabilité et de multilinguisme restent majeures mais encore inégalement prises en charge. Les institutions culturelles en fonction de leur taille, de leur appartenance, de leur financement les mettent en œuvre de manière différenciée.

La valorisation de ces données devient, aujourd’hui, dans la plupart des cas, la nouvelle priorité : les questions d’un nouveau rapport aux publics, d’une nouvelle façon de présenter le musée et les œuvres interrogent les responsables des musées, les dimensions touristique et économique sous-tendent ses initiatives.

« Avant, Pendant, Après la visite », le service numérique est présent aux trois étapes de la consommation culturelle.
Avant : à travers les sites de préparation de la visite,
Pendant : avec la multiplication des systèmes et dispositifs de simulation, d’expérimentation, de réalité augmentée ou d’installations interactives.
Après : avec la personnalisation de la visite, les réseaux collaboratifs, les compléments pédagogiques.

Les dispositifs numériques se diversifient : de la borne interactive de réalité augmentée aux douches sonores ou aux services mobiles géolocalisés, on accompagne le visiteur, on lui fournit des compléments explicatifs ou contextuels.

Dans ce foisonnement de services et face à l’accélération des implantations multimédias dans ce secteur, des états des lieux des innovations réalisées commencent à circuler, notre observatoire des usages internationaux innovants et notre plateforme d’échange participent à ce mouvement d’interprétation et de partage avec les chercheurs et les professionnels. Dans ce cadre une attention particulière est portée aux aspects liés à la mobilité, à la personnalisation des services, aux aspects contributifs, à l’hybridation et au métissage des plates formes à l’interopérabilité des systèmes, et la portabilité des contenus.