Les membres de la Chaire Unesco Innovation, Transmission, Edition Numériques :

 

Hélène Desprez est Professeure associée à l’université Paris 8 où elle enseigne la conception crossdesign d’applications crossmédias et assure le suivi des projets innovants d’étudiants, réalisés dans le cadre du Master Création Edition Numériques dont elle assure la co-direction de la formation.Elle œuvre pour la constitution d’un médiaLab qui sera commun à l’ensemble des formations du Projet IDEFI « CréaTIC » de l’université Paris 8 (Initiative d’Excellence en Formations Innovantes) et s’attache à la mise en place d’un incubateur des projets étudiants à fort potentiel de développement.Elle travaille actuellement à la mise en forme d’un nouveau type de rapport d’étude numérique, apparenté à une base de connaissances audiovisuelle, imagée, textuelle, qui ré-agence, ré-organise dans la page le matériau en fonction de la requête. Elle s’intéresse aux problématiques d’ergonomie et de mise en scène de l’information ainsi qu’aux nouvelles formes de pédagogie (dispositifs d’apprentissage et de transmission).

Matthieu Quiniou est Responsable de l’innovation et du droit à la Chaire Innovation Transmission et Edition Numériques. Docteur en Droit privé. Chercheur spécialisé dans les questions juridiques relatives aux nouveaux médias et aux sciences de l’information communication. Ses recherches portent notamment sur les transferts de connaissances entre l’Union européenne et la Chine. Il a réalisé des expériences professionnelles dans des institutions telles que la Cour de Cassation et la Cour d’Arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale Il dirige les Editions de l’immatériel et lance actuellement la collection-plateforme http://www.100notions.com/ pour la coconstruction scientifique de connaissances destinée aux chercheurs et professionnels des secteurs des nouveaux médias et des sciences sociales. Matthieu Quiniou intervient par ailleurs régulièrement dans le cadre de formations universitaires en particulier en France et en Chine.

Lise Boily est Professeure titulaire à l’Université d’Ottawa au Canada, Département de communication. Elle est professeure associée à MosaiC, Centre de recherche sur le management de la création dans la société de l’innovation, HEC – Montréal. Ses recherches actuelles portent sur la codification des connaissances culturelles en relation avec les nouveaux modes d’édition dans les productions culturelles. Elle étudie la diffusion des connaissances et les pratiques novatrices qui supportent l’innovation dans les industries dites «créatives». Son travail consiste à analyser le processus avec lequel la mémoire collective et les savoirs sont redistribués par la médiation des nouveaux supports techniques: collections numériques, cybermuséologie, opéra numérique, e-cinéma, narrations numériques, nouvelles formes d’édition. Ses recherches informent sur deux dimensions essentielles des développements scientifiques et techniques, soit une dimension cognitive rattachée à l’utilisation des TIC et soit une dimension pragmatique rattachée aux retombées de la codification des savoirs sur l’économie créative. Ses travaux d’expertise portent sur la numérisation, la créativité et l’innovation; les nouvelles pratiques web et l’économie créative;  les TIC et le transfert des patrimoines culturels; la numérisation et l’épistémologie des savoirs; les  femmes et les médias.

Henri Hudrisier est Maître de Conférences HDR, Chercheur au Laboratoire Paragraphe de l’Université Paris 8. Ses thèmes de recherche sont les suivants : Appropriation sociale des TIC, E-enseignement, codification des caractères dans des contextes multilingues, banques d’images. Mémoire des Loci, cinéma et nouveaux médias : Groupe de recherche et journées d’étude annuelles à l’ESAV de Toulouse, Recherche action dans le domaine de la normalisation des TICE (expert délégué depuis 2000 à l’ISO-IEC JTC1 SC36 par l’AFNOR et l’AUF),Recherche action dans le domaine des Humanités digitales et de la TEI, Text Encoding Initiative  (HumanitéDigitMaghreb projet en cours financé par l’ISCC-CNRS, Bibliothèque Numérique Franco-Berbère, projets en cours financé par l’Organisation Internationale de la Francophonie – Fonds Francophophone des Inforoutes).

Jean Pierre Dalbéra est Ingénieur de l’Institut d’Optique Graduate School (promotion 1969). Il a commencé sa carrière de recherche dès 1970 dans des laboratoires du CNRS dans les domaines de l’optique et du traitement d’images, puis a rejoint le ministère de la culture en 1984. De 1989 à 2004, il a été chef de la mission de la recherche et de la technologie du ministère de la culture et de la communication. A ce titre, dans les années 90, il a été l’un des pionniers de l’internet culturel français, a piloté le premier plan national de numérisation du patrimoine et produit des collections de publications culturelles multimédias primées dans de nombreux festivals internationaux. Il a représenté la France dans les instances chargées de la coordination des politiques de numérisation des pays de l’Union européenne et a participé à de grands projets internationaux (MINERVA, STRABON, MICHAEL,..) De 2005 à 2008, il a été responsable du département multimédia du musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, pour lequel il a notamment créé un nouveau portail consacré aux recherches ethnologiques. De 2009 à 2011, il a été chargé d’une mission par le directeur de cabinet du ministre de la culture pour le projet de centre national de recherche, conservation et restauration des musées nationaux. Il est chercheur associé au laboratoire LEDEN de la Msh Paris Nord/ université Paris VIII depuis 2005, a publié de nombreux articles sur la médiation culturelle numérique et donne régulièrement des conférences sur ce sujet. Il est également : Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur, Officier des Arts et Lettres, Chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

Pierre Quettier est Maître de Conférences HDR, Chercheur au Laboratoire Paragraphe de l’Université Paris 8. Il étudie la transmission des savoir transversaux par le biais de la transmission des savoir spécifiques (acquis à titre d’intérêt professionnel ou personnel). Son hypothèse est que ces deux formes de savoir sont indissociables. Ceci vaut pour les circonstances d’apprentissage et, au-delà, pour les circonstances d’accomplissement (en entreprises) de ces savoirs. Il s’intéresse plus spécifiquement à la manière dont la culture japonaise, à travers ses « voies » mais aussi du « Knowledge Management » de ses entreprises, accomplit ce programme de transmission et de performance.

Laure Leroy est Maître de conférences à l’université paris 8. Son domaine de recherche est l’immersion et l’interaction en réalité virtuelle, plus précisément, l’amélioration de celles-ci en fonction des applications. C’est un domaine multidisciplinaire, comprenant l’informatique, l’automatique, l’ergonomie, la psychophysique… Ces améliorations de méthodes d’immersion/interaction sont ensuite validées par des tests psychophysiques et/ou des tests utilisateurs pour s’assurer de leur efficacité. La réalité virtuelle permet la conception des services innovants dans plusieurs domaines d’application, de la thérapie cognitive à la conception d’un produit industriel, en passant par le guidage de malvoyant dans le réseau RATP ou des méthodes d’apprentissage innovantes. Elle a travaillé sur l’amélioration d’une interface à retour d’effort pour augmenter l’immersion et la transparence d’une interaction à l’échelle 1. Afin d’améliorer ce système, elle a travaillé sur le contrôle automatique des forces exercées dans l’interface ainsi que sur sa simulation. Laure Leroy a ensuite approfondi la vision en relief (stéréoscopie) et plus particulièrement dans le cas des immersions longues durées de travailleurs qui s’assurent en salle immersive que le produit qu’ils ont conçu est bien conforme à ce qu’ils imaginaient. Elle a donc étudié les traitements des images pour qu’elles soient moins fatigantes visuellement et la perception des formes des prototypes virtuels. Elle a ensuite travaillé sur la programmation de méthodes d’interaction de personnes en difficultés motrices ou cognitives. .Elle travaille sur une méthode de sensibilisation des enfants aux dangers de la circulation routière en immersion. L’étude porte sur l’impact des émotions éprouvée dans cet environnement sur leur apprentissage et leur comportement.

Michel Agnola est chercheur et consultant indépendant en création et innovation numérique, maître de conférences associé en sciences de l’information au sein de l’université de Paris 13 (et qualifié aux fonctions de maître de conférences), ancien dirigeant d’une entreprise innovante spécialisée dans les technologies de réalité augmentée, expert scientifique agréé par la Ministère de la recherche au titre du Crédit Impôt Recherche et expert au sein du Plan Réalité augmentée (un des 34 plans pour la Nouvelle France Industrielle initié par le Ministère du redressement productif). Il a été coordinateur scientifique de multiples projets innovants et consortiums de R&D. Il est auteur ou co-auteur de plusieurs ouvrages dans le champ des nouveaux médias et de l’innovation numérique. Il intervient au sein de la chaire UNESCO ITEN « Innovation, Transmission, Edition Numériques » pour apporter sa collaboration sur les différents aspects liés aux avancées scientifiques et technologiques, à l’analyse prospective, et aux problématiques « humanistes » soulevées par ces perspectives de développement

Stéphanie Corbière est la Responsable Juridique du Groupe NextRadioTV (15 entités dont BFMTV, BFM Business, RMC, RMC Sport, RMC Découverte, NextInteractiveMedia, NextRégie). Titulaire du Certificat d’aptitude à la profession d’avocat et forte d’un parcours à l’international (Royaume-Uni, Inde et Chine), elle s’occupe actuellement des problématiques juridiques transverses du Groupe pluri-médias qui compte près de 1000 collaborateurs, notamment par l’instauration de procédures juridiques applicables aux antennes télévisées, radios ainsi qu’à la filiale print et digital. Elle est également associée fondatrice d’une galerie de photographies d’art contemporain. Elle collabore aussi avec la Chaire expérimentale et internationale « Innovation, Transmission, Edition Numérique » (ITEN) de la Fondation Maison des Sciences de l’Hommes et est membre de différentes associations juridiques et artistiques.

Alain Vaucelle  est titulaire d’un doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Paris 8. Il a travaillé plusieurs années comme journaliste reporter d’images notamment pour les télévisions japonaises (NHK, ASAHI). Directeur de production pour Symah Vision New-York, il a aussi été dirigeant de W7com et de Vestigo production. Ingénieur de recherche et professeur associé à Télécom SudParis et à la MSH Paris Nord pendant plusieurs années. Il est depuis 2013 en charge des TIC au sein de l’établissement public territorial Plaine Commune.

Clément Larrivé est chef de projet au sein de Canopé (le réseau de création et d’accompagnement pédagogique). Il a été membre de l’équipe pédagogique du Master Création et Editions Numériques.

Xiao Zhang est Professeur agrégé de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Guangzhou. Docteur en Sciences de l’Information Communication. Il s’est spécialisé sur les médiations culturelles. Sa thèse porte sur : « Les nouvelles modalités de représentation et de médiation culturelles par le numérique dans les musées chinois – approche socio-technologique des usages des dispositifs et interfaces numériques dans les musées culturels et scientifiques. »

Sylvaine Martin Deguise est chercheure spécialisée sur les normes.

Mokthar Ben Enda est Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux.

Jean Paul Lafrance est Professeur des universités. Il a été titulaire de la Chaire UNESCO-Bell en communication et développement international et professeur-fondateur du Département des communications à l’Université du Québec à Montréal. Il est auteur de nombreux ouvrages sur les Médias.

Marc Veyrat  Artiste, Maître de Conférences en Arts et Sciences de l’Art à l’Université de Savoie Mont Blanc, Responsable Atelier-Laboratoire IDÉFI-CréaTIC délocalisé à Malte “Hypermédia et Création Artistique“, participe à la Collection 100 Notions http://www.100notions.com et développe depuis 2010 avec Franck Soudan l’œuvre U-rsshttp://u-rss.eu, http://u-rss.eu/ljdd, http://u-rss.eu/fff

Odile Farge est enseignant chercheur, docteur du laboratoire Paragraphe de l’université Paris 8 et le laboratoire NT2 de l’université du Québec à Montréal.

Li Yi Fan est Professeur à l’Institut d’Art et de Design de Chine.

Xiao Yun est Professeur des Universités à l’Académie des Sciences  et Professeur à l’Académie des Sciences de Chine.

Samuel Da Silva est Maître de conférences associé à l’université Paris 8, créateur et développeur numériques multisupports.

Gaëlle Lesaffre est ingénieure de recherche au sein de la Chaire Unesco ITEN. Elle est également docteure en Sciences de l’Information et de la Communication de l’université d’Avignon et Ph. D. en Muséologie, Médiation, Patrimoine de l’université du Québec à Montréal. Elle a mené, sous un statut indépendant, de nombreuses études qualitatives et collaboré à des études quantitatives auprès de musées, d’institutions et de laboratoires de recherche sur les usages des technologies numériques et sur les publics de la culture et du patrimoine (Musée du Louvre, CMN, Centre Norbert Elias, etc.). Au sein de l’axe e-médiation culturelle de la Chaire Unesco ITEN, elle a pour mission de collaborer à la conception et à l’évaluation d’applications et de dispositifs numériques de médiation culturelle dans le cadre du programme Idefi-CréaTIC-Chaire Unesco ITEN, avec les partenaires culturels et les chercheurs et experts de la Chaire ; et d’animer le conseil scientifique et éditorial de l’ouvrage collectif « 100 notions pour la médiation culturelle numérique », dans le cadre d’une collection portée par la chaire Unesco ITEN.

Sébastien Allain est consultant et chercheur. Comme consultant, il accompagne des entreprises dans la conception et l’analyse de dispositifs numériques innovants pour communiquer, former et évaluer. Docteur en sciences de l’éducation et en sciences de l’information-communication, il enseigne dans plusieurs universités et écoles, autour des notions de design d’interaction, de narration interactive et d’enjeux documentaires. Ses activités de recherche portent sur la perception du réel, les apprentissages en contextes interactifs et narratifs, et sur l’évaluation des compétences et représentations. Membre de la chaire UNESCO ITEN, il est également chercheur associé au laboratoire LLSETI, équipe Hypermédia G-SICA et membre de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH).

Arnaud Laborderie est chef de projet au service des Éditions multimédias de la Bibliothèque nationale de France,  il conçoit et réalise des expositions virtuelles, des applications et des livres enrichis. Il a travaillé notamment sur l’applicationCandide, publiée par Orange et la BnF : http://bit.ly/Lyx9zb. Actuellement, il est chargé d’un projet d’éditorialisation de la bibliothèque numérique Gallica à destination des publics scolaires et des enseignants, les « Essentiels de la littérature », dont le XVIIIe siècle est en ligne : http://gallica.bnf.fr/essentiels/.
Chercheur à la chaire ITEN (Innovation, Transmission, Édition Numériques) de l’UNESCO et membre du Laboratoire Paragraphe de l’Université Paris-VIII, Arnaud Laborderie conduit pour la BnF un programme de recherche et développement consacré à la modélisation des collections numériques : il s’agit de créer, dans le cadre d’un atelier-laboratoire IDEFI-CréaTic, des prototypes qui expérimentent des médiations « grand public » aux collections de Gallica à travers des interfaces innovantes.
Enseignant dans le master Création et édition numériques (CEN) de Paris-VIII, Arnaud Laborderie termine un doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication consacré au livre augmenté, sous l’angle de l’éditorialisation et de la construction des savoirs.